Thérapie familiale

Agrandir le texte A | A+ | A+

Dans la plupart des cas, une famille consulte parce que l'un de ses membres (très généralement un enfant ou un adolescent) pose des « problèmes ».

Le principe central de la thérapie familiale est d'appréhender les troubles psychologiques ou comportementaux de la jeune personne non pas comme son symptôme, mais comme le symptôme du groupe-famille dans son ensemble.

L'une des personnes donne à voir la détresse du système dont elle fait partie, Au nom de sa famille, elle exprime que quelque chose ne va pas dans les relations, Ce qui ne va pas est non-dit ou est exprimé de façon paradoxale, contradictoire ; c'est pourquoi le message, qui ne peut passer par le langage, est dit à travers le symptôme.
Par exemple, il peut s'agir d'une difficulté à envisager le départ de l'aîné de la fratrie (adolescent ou jeune adulte), ou d'une difficulté à « ouvrir » les frontières du groupe à de nouvelles personnes.

Le thérapeute s'attache à recadrer le symptôme dans un contexte plus large, pour faire prendre conscience à la famille que le « malade » témoigne au nom de son groupe d'appartenance, que personne n'est coupable, qu'il s'agit d'une étape de vie offrant l'opportunité de changements maturatifs.

Généralement, c'est la famille nucléaire (parents et enfants) qui vient en consultation, Mais la thérapie peut demander soit un élargissement du groupe (intégration des grands-parents, de la nounou, ...), soit un travail en sous-système (pour une fratrie en souffrance par exemple ou pour une dyade mère-enfant).

Une des étapes de la thérapie familiale nous amène à utiliser un outil de psychogénéalogie : le génogramme (ou génosociogramme), avec lequel on met en schéma les personnages familiaux sur plusieurs générations, On peut ainsi voir les croyances et les messages véhiculés dans la famille, les événements importants, les traumatismes familiaux (guerre, migration, perte de biens, accident,...), les répétitions, les ententes, les ruptures...

Ce sont fréquemment des moments très intenses où certains membres de la famille découvrent des éléments dont on n'avait pas jugé utile de leur parler, mais qui s'avèrent déterminants pour leur compréhension de la culture et de la psychologie familiales, Ainsi se met en place une version commune de l'histoire du groupe-famille.

Il est important de préciser ici que ce travail se fait si et seulement si :

- Chacun se sent en sécurité et en confiance dans le cadre thérapeutique,
- Le consentement de tous est exprimé.

En aucun cas il n'y a un forçage de la parole

Le thérapeute observe les échanges verbaux, mais également toute la communication non-verbale (gestes, regards, attitudes, rapprochements/éloignements, crispations/détente) qui circulent entre les membres de la famille.


Lydie Salinas-Harel, psychologue à Rouen (76 - Seine-Maritime), propose des thérapies pour adulte, pour les couples, des thérapies familiales mais aussi des thérapies pour votre enfant ou adolescent. N'hésitez pas à prendre contact avec le psychologue Salinas. Elle répondra à vos questions et vous proposera un rendez-vous à son cabinet de Rouen. Que vous soyez en Seine Maritime, dans l'Eure (Vernon, Evreux) ou à Paris, le psychologue vous reçoit du lundi au samedi sur rendez-vous.