La crise relationnelle

Agrandir le texte A | A+ | A+

La question souvent posée par les personnes venant consulter individuellement en raison de problèmes relationnels est de savoir s'ils doivent persévérer dans la relation en cause ou s'ils doivent la rompre : dois-je quitter mon couple? Dois-je quitter mon entreprise parce que mon compagnon, ma collègue, ou ma hiérarchie, me fait souffrir ? Je ne réponds évidemment pas  à une telle question. Et j'invite également la personne que je reçois à mettre cette question entre parenthèses pendant quelques séances. Il est nécessaire de retrouver un apaisement suffisant pour reprendre l'interrogation (si elle est toujours d'actualité) lorsque le travail a significativement avancé.

Le premier mouvement lorsque l'on initie des consultations autour de telles problématiques est de voir si la personne qui vient consulter n'a pas affaire, dans la relation qu'elle nous rapporte, à quelqu'un qui la manipule ou la harcèle de manière franche ou diffuse. Si tel est le cas, et en ayant vérifié que la personne peut l'entendre, on en avancera prudemment l'hypothèse, dans un souci de protection.
Dans tout autre cas, je m'intéresse tout d'abord à l'histoire de la relation en question : sa chronologie, ses étapes, ses moments forts, ses piliers.
Dans un deuxième temps je souhaite connaître l'histoire de la vie de relations au sens plus large, pour ainsi mettre en évidence des points d'appui concernant les facilités/difficultés de la personne vis à vis de ses semblables dans les différentes sphères de sa vie (familiale, amicale, professionnelle). Cela me permet de relever Ce qui va bien / Ce qui va moins bien.
Il est intéressant aussi de travailler sur des exemples concrets dans chaque contexte : « Avec tel collègue je m'entends très bien parce qu'il a tel trait de caractère, par contre avec ma directrice ça ne se passe pas toujours bien, surtout dans un tel ou tel cas, … », « Avec mon père je suis très complice, avec mon frère c'est difficile… ». Au fil des exemples, vont apparaître des lignes directrices qui vont nous indiquer des situations ou des positions relationnelles dans lesquelles la personne ne se sent pas bien, se met en colère, est impuissante ou lasse…
Progressivement des liens, des associations vont se faire entre les différentes situations évoquées, qui vont permettre à la personne de mieux comprendre ce qui se joue dans la relation qui la fait souffrir.
Parallèlement, je travaille aussi sur la structure concrète des échanges dans la communication (dispute, discussion, négociation) pour faire émerger les positions de chacun, repérer où et quand interviennent les incompréhensions voire les non-dits, où se situe le mot (ou l'absence de mot) ou le comportement non-verbal qui blesse.

Communiquer, être en relation de manière harmonieuse n'est pas une compétence innée. C'est un domaine dans lequel on peut progresser, changer, s'améliorer, apprendre, découvrir.
Certaines rencontres nous mettent face à des situations jusqu'alors inconnues pour nous et qui nous invitent à élargir notre connaissance des autres et de nous-mêmes. Lorsque cet apprentissage est trop laborieux, l'aide d'un psychologue-psychothérapeute se révèle bien souvent précieuse, permettant d'épargner du temps et de la disgrâce.


Lydie Salinas-Harel, psychologue à Rouen (76 - Seine-Maritime), propose des thérapies pour adulte, pour les couples, des thérapies familiales mais aussi des thérapies pour votre enfant ou adolescent. N'hésitez pas à prendre contact avec le psychologue Salinas. Elle répondra à vos questions et vous proposera un rendez-vous à son cabinet de Rouen. Que vous soyez en Seine Maritime, dans l'Eure (Vernon, Evreux) ou à Paris, le psychologue vous reçoit du lundi au samedi sur rendez-vous.